Affiche critique [Critique] – Les Infidèles (2012)

[Critique] – Les Infidèles (2012)

SYNOPSIS

L’infidélité masculine et ses nombreuses variations, vues par 7 réalisateurs.

CRITIQUE

 

Une chose est sûre, Les infidèles ne laisse pas indifférent. Les réactions au film sont très diverses selon les spectateurs, allant du rire, à la consternation, l’ennui ou même le rejet et la volonté de quitter la salle.
Personnellement, j’ai aimé le film, succession de sketches inégaux mais souvent bien vus et parfois jouissifs.

Il faut dire que l’imparable duo Dujardin-Lellouche est ce qu’on peut faire de mieux en matière de quarantenaires français décontractés, bankables et beaux gosses. Les deux compères sont mis en scènes par la fine fleur du cinéma hexagonal, aidés par des complices consentants comme Guillaume Canet ou Alexandra Lamy. Avec comme fil rouge le thème de l’infidélité, ou plutôt des complications des relations modernes, nos deux stars interprètent des personnages différents à chaque sketch, payant de leur personne dans des rôles loin d’être glorieux. Il faut voir Dujardin se mettre minable dans l’opus réalisé par Hazanavicius (peut être le meilleur segment), monosourcil et t shirt ringard, dragueur miteux cul nu face caméra en train de se masturber dans un motel! Osé de la part de quelqu’un célébré aux oscars, le festival du glamour! De même, Lellouche ne sort pas grandi d’un rôle de dentiste blindé qui se voit trop beau en sortant avec une petite étudiante et va se prendre la réalité en pleine face. Si ces histoires font rire plus d’une fois, il s’en dégage souvent un parfum de malaise, de remise en question des relations d’aujourd’hui qui peut expliquer le rejet d’une partie des spectateurs, venus voir du comique potache vendu dans la bande annonce (assez trompeuse il faut avouer), et se retrouvant devant un cinéma plus intelligent qu’il n’en à l’air. A ce titre, le deuxième meilleur segment du film est à mon sens l’affrontement verbal entre Jean Dujardin et Alexandra Lamy, un vrai roller coaster d’émotions d’autant plus touchant quant on sait que c’est un vrai couple à la ville qui l’interprète. De quoi susciter quelque réflexion post séance pour des couples ayant été voir le film en amoureux!

Mais avant tout, je pense que Les infidèles est un film de mecs, chose rare puisque la comédie « romantique » est toujours plus ou moins intentionnellement destinée aux filles, dans la mesure où les situations vécues par les personnages résonneront plutôt dans l’inconscient masculin. La place de la femme est volontairement limitée (soit cocue soit salope) puisque filmée du point de vue des machos et autres beaufs qui sont le thème du film. Un travail de distanciation est donc nécessaire pour apprécier ce vrai exercice de style.
Le vrai souci du film est selon moi le manque de fluidité entre les situations dramatiques et les passages beaucoup plus potache (avec Canet ou Manu payet) présents comme pour justifier le statut de comédie et faire rire les quelques spectateurs s’étant trompés de salle avec La vérité si je mens. Un décalage qui accentue encore plus le sentiment confus qui peut suivre le visionnage, où l’on ne sait si on a vraiment aimé au final.

Les indèles est donc un film vraiment atypique, osé et surtout bien joué, qui ne plaira pas à tout le monde mais qui a le mérité de sortir des sentiers battus, et qui appuie souvent là ou ça fait mal, reléguant aux oubliettes les habituelles comédie romantiques françaises ringardes avec Pierre Arditi ou Daniel Auteuil.

 

[nggallery id=244]

Tags: , , , , |

[Critique] – Les Infidèles (2012)
Avis rédigé par Benjamin Urvoy le .
Note : 3.5 L’infidélité masculine et ses nombreuses variations, vues par 7 réalisateurs.
L’infidélité masculine et ses nombreuses variations, vues par 7 réalisateurs.
Il a écrit cette critique...

Benjamin Urvoy

photo de Benjamin Urvoy