Affiche critique Destination Finale 5

Destination Finale 5

SYNOPSIS

Dans ce cinquième épisode, la Mort est toujours aussi omniprésente et se déchaîne après qu’un homme soit victime d’une terrible prémonition, laquelle permet de sauver ses collègues de l’effondrement d’un pont suspendu. Ce groupe d’âmes innocentes n’était pas supposé survivre, et, dans une course terrifiante contre le temps, ces malheureux tentent frénétiquement de trouver le moyen d’échapper au sinistre agenda de la Mort.

CRITIQUE

On avait quitté cette saga par ailleurs sympathique sur un quatrième volet complètement à la ramasse qui enquillait les morts sans aucune imagination, misant uniquement sur sa 3D balbutiante. Autant dire qu’on espérait ne plus revoir d’épisode de Destination finale de si tôt. Pourtant, ce 5e opus qui joue avec le cadavre de la série (haha) s’avère être une assez bonne surprise qui utilise les derniers ressorts encore possibles du scénar’ (qui est toujours le même dans chacun des 5 films), mais ça on s’en rend surtout compte à la toute fin, jolie surprise que je ne peux spoiler.

Aux commandes on retrouve le novice Steven Quale, mais qui a pour fait d’arme les effets visuels d’Avatar, rien que ça. On comprend donc mieux le soin esthétique apporté au film, avec la traditionnelle séquence catastrophe d’ouverture, ici un pont qui va s’écrouler et entraîner dans sa chute un enchaînement de morts plus atroces les unes que les autres. C’est efficace, drôle, bien craspec par moments et peu avare en détails gores, tout ce qui fait le sel de la saga, notamment dans l’excellent second épisode : un mélange de dégoût et de rire qui fait toujours mouche si on le regarde entre potes.

La suite est plus convenue, avec les morts au compte goutte et les derniers survivants qui comprennent peu à peu le mécanisme funèbre mis en route, mais les fameuses mises à mort sont plutôt bien amenées, et on retrouve un peu d’inventivité qui manquait dans le 4, voire le 3, et on se prend à stresser des situations angoissantes vécues par les personnages (le laser dans les yeux).

Malgré une fin un peu longuette, Destination finale 5 relève un peu le niveau d’une saga à bout de souffle, mais semble vraiment avoir fait le tour du sujet. Un petit film d’horreur estival tout à fait correct.

PS : A noter l’expérience génétique assez déstabilisante réalisée sur l’acteur Miles Fisher qui est le résultat d’un croisement entre Tom Cruise, Christian Bale et James Marsden!

[nggallery id=185]

Tags: , , , , , , , , , , , , , |

Destination Finale 5
Avis rédigé par Benjamin Urvoy le .
Note : 3 Dans ce cinquième épisode, la Mort est toujours aussi omniprésente et se déchaîne après qu’un homme soit victime d’une terrible prémonition, laquelle permet de sauver ses collègues de l’effondrement d’un pont suspendu. Ce groupe d’âmes innocentes n’était pas supposé survivre, et, dans une course terrifiante contre le temps, ces malheureux tentent frénétiquement de trouver le moyen d’échapper au sinistre agenda de la Mort.
Dans ce cinquième épisode, la Mort est toujours aussi omniprésente et se déchaîne après qu’un homme soit victime d’une terrible prémonition, laquelle permet de sauver ses collègues de l’effondrement d’un pont suspendu. Ce groupe d’âmes innocentes n’était pas supposé survivre, et, dans une course terrifiante contre le temps, ces malheureux tentent frénétiquement de trouver le moyen d’échapper au sinistre agenda de la Mort.
Il a écrit cette critique...

Benjamin Urvoy

photo de Benjamin Urvoy