Affiche critique [Critique] – L’Âge de glace 4 : La dérive des continents (2012)

[Critique] – L’Âge de glace 4 : La dérive des continents (2012)

SYNOPSIS

Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux...

CRITIQUE

Madagascar 3 ou L’Âge de Glace 4 ? Même si les films sortent à quelques semaines d’écart entre eux, c’est bien à une lutte sans merci qu’ils vont se livrer avec pour arbitre le box-office. Franchises superstars, des fans partout dans le monde et quelques exploits jadis réalisés en terme de cartons d’affluence (L’Âge de Glace 3avait littéralement pulvérisé les scores avec plus de 887 millions de dollars de recette dans le monde et 8 millions de spectateurs dans l’hexagone), ces deux noms sont aujourd’hui plus que jamais ancrés dans nos esprits. Si nous n’avons pas vu nos compères de la jungle dans leur dernière aventure (la saga Madagascarn’étant pas portée très haute dans nos cœurs), nous avons pu découvrir il y a quelques jours le tout dernier volet de celles de Scrat, Diego, Sid, Manny et sa famille. Jusqu’alors, la saga pouvait se targuer d’être allée crescendo, chaque nouvel opus étant au-dessus du précédent, mais qu’en est-il de ce tout nouveau film co-réalisé par Steve Martino et Mike Thurmeer ? Fin du suspense, L’Âge de Glace 4 se place sans difficulté à peu près au même niveau que le précédent volet, juste un poil moins percutant mais c’est pour chipoter.

Il ne faut pas 5 minutes à l’équipe derrière le projet pour faire comprendre que le film ne sera guère différent du précédent au niveau de l’humour ou du rythme. L’introduction, aussi tonitruante et surprenante lance l’aventure telle une véritable roquette dans le contexte de fond : la dérive des continents. L’explication que je vous laisse le soin de découvrir en salles est une interprétation bien à elle de la réorganisation terrestre qui ne manquera pas de faire sourire les professeurs de biologie et sera l’occasion au passage de quelques caméos sympathiques d’anciens personnages. Un événement géologique majeur qui sera pour nos personnages synonymes de séparation étant de part et d’autres de la montagne au moment de la formation de la crevasse. D’un côté, Manny et la bande, de l’autre, sa petite famille et notamment sa mammouth en pleine adolescence, Pêche, qui sera la caution pour aborder en filigrane la relation parent-adolescent.

Vous l’aurez compris, L’Âge de Glace 4 va donc suivre en parallèle nos différents personnages dans leur quête pour se retrouver. Une séparation du temps de présence à l’écran qui se révèle particulièrement ingénieuse pour introduire de nouveaux personnages qui se révéleront presque plus intéressants que ceux que nous connaissons. C’est ainsi l’occasion de découvrir la grand-mère énergique de Sid qui lui pique sans forcer l’étiquette de trublion en devenant le running gag de ce quatrième film. Drôle dans ses actions mais aussi dans ses répliques particulièrement savoureuses, elle apporte une touche de fraicheur (quelle ironie) à une bande loufoque que l’on semblait connaitre par cœur. Complètent le tableau des nouvelles entrées bien évidemment Pêche mais aussi son ami Louis, les autres mammouths ados ou la bande de pirates au cœur de l’histoire.

Car l’un des enjeux principaux de ce nouvel Âge de Glace et le point très fort du film sera bien évidement la rencontre entre notre bande et une horde de pirates emmenés par leur chef singe. Parcourant les mers fièrement sur un iceberg taillé en forme de bateau, ces bad guys occupent la plus grande partie du temps, souvent pour le meilleur, et parviennent presque à piquer le devant de la scène. C’est principalement par eux qu’arriveront les meilleures scènes du film tant au niveau de l’humour que de l’action. Car sans être un actionner dans la lignée des Indestructibles, le film de  Steve Martino et Mike Thurmeer n’a pas à jouer les modestes. Sa réalisation léchée et énergique permet de garder un rythme très vif pendant près d’une heure et demi tant et si bien que chaque petit moment de calme pourra sembler bien creux.  Des moments de vides toujours très courts par l’utilisation régulière de Scrat qui force le rire à chacune de ses apparitions. Ce qui est sans aucun doute l’un des meilleurs joker du film reçoit avec ce quatrième volet ses meilleures scènes de toute la saga, c’est bien simple, on éclate de rire à chaque fois ce qui impose forcément le respect tant le filon semblait usé.

Regorgeant de surprises et de bonnes idées, L’Âge de Glace 4 est un pur divertissement d’animation pour jeunes et moins jeunes, s’inscrivant dans parfaite lignée des trois premiers épisodes. En s’affranchissant de toute recherche émotive qui plombait le premier film et en jouant à fond les ballons la carte de la légèreté tout en distillant un discours pas très recherché mais nécessaire à tout film destiné en priorité aux enfants sur le besoin de d’assumer tel que l’on est, ces nouvelles aventures sont une grande récréation surfant sur un rythme frénétique qui ne faiblira qu’à de rares instants. Pas besoin de vous faire un dessin, c’est à voir dès la semaine prochaine dans vos cinémas.

Tags: , , , |

[Critique] – L’Âge de glace 4 : La dérive des continents (2012)
Avis rédigé par Mathieu Crucq le .
Note : 3.5 Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux...
Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux...
Il a écrit cette critique...

Mathieu Crucq

photo de Mathieu Crucq

Co-créateur et rédacteur en chef de Cineshow.fr depuis 2006. Le blog est une manière de faire "autre chose" puisque c'est au sein de Brainsonic que je passe le plus clair de mon temps. Consomme des films en quantité semi-industrielle, a un penchant très fort pour Star Wars (on ne se refait pas)...