Affiche critique [Critique] – Disparue (2012)

[Critique] – Disparue (2012)

SYNOPSIS

Après avoir travaillé toute la nuit, Jill Parrish rentre chez elle et découvre que sa sœur Molly a été enlevée. Elle-même s’étant sortie d’un kidnapping un an plus tôt, Jill est convaincue que le même tueur en série est revenu s’en prendre à sa sœur. La police refuse de la croire et personne ne lui apportera d’aide. Redoutant que Molly n’ait plus que quelques heures à vivre, Jill se lance dans sa propre traque.

CRITIQUE

Avec son affiche bleu fluo et son actrice blonde, Disparue ne manque pas d’attirer les regards. Arme à la main, Amanda Seyfried se la jouerait-elle Jason Bourne ? James Bond ? Le regard perçant, l’arrière-plan flou, on pourrait de prime abord penser à un actionner féminin. Sauf que… en réalité, Disparue n’est pas du tout cela. Ce serait même plutôt l’inverse puisqu’en terme d’endormissement des spectateurs, on aura rarement fait aussi efficace cette année. Car oui, si l’on pensait que la jeune actrice avait commencé à retrouver le chemin des vrais films avec par exemple Time Out ou Chloé qui ne sont certes pas formidables mais tout de même plaisants, force est de constater qu’elle retombe progressivement mais des choix vraiment médiocres. Disparue, Gone en VO faisant clairement parti de l’un d’eux.

Pourtant, l’histoire avait matière à proposer une petite série B sympathique si la réalisation n’avait pas été aussi peu inspirée. Une histoire d’enlèvement, de kidnapping, de maniacs, de policiers suspicieux, des ingrédients certes classiques mais qui mis en scène à peu près correctement permettent d’obtenir un divertissement honnête et, dans le meilleur des cas, une petite surprise. Sauf que dans le cas de Disparue, on se demande régulièrement si l’équipe avant de démarrer ne s’est pas fait une liste de toutes les erreurs à éviter pour avoir un bon film pour être bien sûr de se les prendre une à une, comme une sorte de défi personnel.

Car entre les incohérences les plus folles (Seyfried va résoudre l’enquête en quelques heures là où la police n’a pas réussi en plusieurs mois) et un manque de rythme notoire, difficile de garder une concentration continue malgré une durée relativement courte d’une heure trente. Jamais le réalisateur Heitor Dhalia n’arrive à transcender son sujet mais pire, il ne tente en fait jamais de le faire. Les séquences de courses poursuites qui pouvaient être l’un des pics de tensions sont parmi les plus molles jamais faites, les acteurs ne sont pas dirigés et plus spécialement les seconds rôles vraiment catastrophiques, et les personnages de manière globale ne sont jamais creusés. En résulte un sentiment de gros foutoire ennuyeux pour lequel il est impossible d’éprouver le moindre intérêt, la moindre empathie bref, le moindre plaisir quelconque.

Au-delà de la réalisation médiocre, le film en lui-même et son développement ne relève guère le niveau en alignant tous les poncifs du genre, les vus, revus et digérés maintes fois. Ainsi lorsque le réalisateur tentera vaguement de nous amener sur des fausses pistes, c’est avec une méthode tellement pachydermique que l’on en rigole presque par avance. Depuis le voisin complètement fou au regard méchant, en passant par le policier fraichement recruté que l’on devine pervers détraqué, tout n’est que caricature où chaque acteur tente d’en faire des caisses pour arriver à exister dans ces abimes cinématographiques.

Reste Amanda Seyfried qui essaye de faire la dure et la convaincue en menant seule et contre tous son enquête pour sauver sa sœur. Ça fonctionne de temps en temps mais ça ne sauvera à aucun moment le film. Qu’on se le dise, Disparue est non seulement un mauvais thriller, mais c’est surtout un long-métrage minable dont un direct-to-dvd aurait été déjà un bien grand honneur. A fuir !

[nggallery id=279]

Tags: , , , |

[Critique] – Disparue (2012)
Avis rédigé par Mathieu Crucq le .
Note : 1.5 Après avoir travaillé toute la nuit, Jill Parrish rentre chez elle et découvre que sa sœur Molly a été enlevée. Elle-même s’étant sortie d’un kidnapping un an plus tôt, Jill est convaincue que le même tueur en série est revenu s’en prendre à sa sœur. La police refuse de la croire et personne ne lui apportera d’aide. Redoutant que Molly n’ait plus que quelques heures à vivre, Jill se lance dans sa propre traque.
Après avoir travaillé toute la nuit, Jill Parrish rentre chez elle et découvre que sa sœur Molly a été enlevée. Elle-même s’étant sortie d’un kidnapping un an plus tôt, Jill est convaincue que le même tueur en série est revenu s’en prendre à sa sœur. La police refuse de la croire et personne ne lui apportera d’aide. Redoutant que Molly n’ait plus que quelques heures à vivre, Jill se lance dans sa propre traque.
Il a écrit cette critique...

Mathieu Crucq

photo de Mathieu Crucq

Co-créateur et rédacteur en chef de Cineshow.fr depuis 2006. Le blog est une manière de faire "autre chose" puisque c'est au sein de Brainsonic que je passe le plus clair de mon temps. Consomme des films en quantité semi-industrielle, a un penchant très fort pour Star Wars (on ne se refait pas)...