Affiche critique [Critique / Deauville 2012] – TED (2012)

[Critique / Deauville 2012] – TED (2012)

SYNOPSIS

La relation amoureuse d'un homme est menacée par l'ours en peluche de son enfance, qui prend vie par magie.

CRITIQUE

Ted, un film très très attendu par l’auteur de ces lignes, puisque c’est le premier film réalisé par l’auteur des Griffin, alias Family guy en vo. Seth mc farlane est un gars bourré de talent et estampillé super geek, qui ne se gène jamais pour envoyer des scuds dans le cul du politiquement correct. D’ailleurs, deux autres de ses séries sont également très réussies : The cleveland show et American dad, que vous avez sûrement déjà vu sur nrj12.

Pourtant le scénario ne donne pas vraiment envie : un homme de 35 ans vivant encore avec un ours en peluche doué de parole… mouais, et ce, même si le casting est composé du sympathique Mark Wahlberg et de l’adorable Mila Kunis. Mais dès les premières secondes le ton est donné : avec un ton doucereux et mielleux, évoquant la magie de noël, une voix off nous raconte la jeunesse du petit John Bennett qui n’avait pas d’amis. C’est meugnon et niais, sauf que la voix off nous dit aussi que le passe temps préféré des jeunes du quartier est de frapper leur petit voisin juif. Ca y est, vous êtes dans le monde de Mac Farlane! Ce ton faussement enrobé de gélatine est là pour mieux faire passer les blagues les plus vaches sur tous ses thèmes de prédilection : les juifs, les blacks, les asiats, les gros, les gays, les cruches siliconnées made in us, les geeks et surtout les people, tout le monde en prend pour son grade. Tous les fans de Family guy seront en terrain connu puisque le rythme, les gags et les références cinématographique incessantes (Star wars, James Bond, Top gun, Flash Gordon, Indiana Jones, E.T, Y a t’il un pilote dans l’avion) font penser à un long épisode un peu plus posé.

L’animation de Ted est parfaite, la réalisation est plus conventionelle, mais ça n’est pas vraiment important, ce qui compte c’est ce rythme, qui fait qu’au bout d’un quart d’heure on oublie totalement que Ted est un ours en peluche. Le fait que John soit déjà en couple depuis 4 ans quand le film commence vraiment est également appréciable, pour ne pas que le scénario réutilise le vieux truc de la fille qui s’incruste dans une relation d’amitié et la fait voler en éclat. On regrettera la dernière demie heure nettement plus faible, qui lorgne du coté du thriller un peu hors sujet et de la fin conventionelle (surprenant et un peu décevant de la part de Mc Farlane), donnant l’impression que les scénaristes, une fois leur concept exploité à fond, ne savaient pas comment finir leur film. Ce qui fait peur quand au bien fondé d’un inévitable Ted 2 qui ne s’impose pas, pour ne pas gâcher l’impression de fraîcheur que dégage cette comédie plus tendre qu’il n’y paraît, faisant preuve d’une vraie tendresse pour ses personnages et criant un message fraternel pour tous les éternels ados ayant du mal à rentrer dans le rang, comme pouvaient le faire Kevin Smith dans Clerks 1&2 et Judd Apatow dans 40 ans toujours puceau et En cloque.

Le point qui fâche, c’est la Vf. Même si Joey Starr ne fait pas du si mauvais travail, attribuer sa voix à Ted, c’est un peu fausser le personnage. En VO, c’est Mc Farlane himself qui double le nounours, ce dernier ayant une voix assez incroyable, avec une diction extrêmement précie et rapide. Il double Ted comme il le fait avec Brian, le chien dans la famille Griffin, et je trouve que ces deux personnages ont beaucoup de points communs. Brian a une voix grave mais distinguée, ce qui en fait une sorte de dandy trash et un peu râté, ceci étant dû à son alcoolisme récurent et son goût pour les drogues douces, une manière d’affronter un monde dont il se sent exclu (bah oui, Brian est un chien qui parle, marche debout et pratique des activités d’adulte, dont un certain goût pour les blondes écervelées comme…un certain Ted), tandis que Starr en fait presque une racaille, ce qui ne colle pas avec le personnage. Autant dire qu’à travers Ted et Brian, c’est bien Mc Farlane qui se livre, d’où l’intérêt primordial de la Vo, d’autant plus qu’il s’est entouré de sa clique habituelle : Mila Kunis (qui double Meg Griffin), Patrick Stewart (qui apparaissait très souvent dans Family guy) fait la voix off, la mère du petit Bennett est la doubleuse de Loïs Griffin… Bref, dès la sortie du blu ray, ruez vous sur cette vo!

En clair, si vous aimez Family guy courrez voir Ted, et si vous avec aimé Ted jetez vous sur les séries de Seth Mc Farlane!

Tags: , , , |

[Critique / Deauville 2012] – TED (2012)
Avis rédigé par Benjamin Urvoy et Mathieu Crucq le .
Note : 4 La relation amoureuse d'un homme est menacée par l'ours en peluche de son enfance, qui prend vie par magie.
La relation amoureuse d'un homme est menacée par l'ours en peluche de son enfance, qui prend vie par magie.
Il a écrit cette critique...

Benjamin Urvoy et Mathieu Crucq

photo de Benjamin Urvoy et Mathieu Crucq