Affiche critique Cadavres à la Pelle

Cadavres à la Pelle

SYNOPSIS

Pauvres et vivant d’arnaques, deux compères William Burke et William Hare découvrent par hasard qu’un cadavre frais peut leur rapporter beaucoup d’argent. A cette époque, Édimbourg est un haut lieu de la médecine en Europe et les chirurgiens cherchent désespérément des cadavres humains pour pratiquer leurs dissections et faire ainsi avancer leur science. La demande en produits frais ne manque pas ! Elle augmente. Appâtés par l’argent et désireux avant tout d’assouvir les envies matérielles de leur bien aimées, Burke et Hare ne vont pas tarder à orchestrer des "accidents" pour obtenir toujours plus de cadavres frais pour la Science.

CRITIQUE

Avec Cadavres à la Pelle (Burke and Hare en VO du nom de ces deux personnages principaux), John Landis signe son grand retour au cinéma. Enfin, grand n’exagérons rien, disons simplement son retour à la comédie sur grand écran. Alors que le film est sorti il y a déjà plusieurs mois un peu partout dans le monde et est même disponible en DVD et Blu Ray, il n’arrivera dans nos salles que le mercredi 31 aout, après avoir été repoussé de nombreuses fois.

John Landis est surtout connu pour être un des réalisateurs iconiques des années 80. On lui doit parmi ses plus grands succès le culte The Blues Brothers ainsi que le Loup Garou de Londres (qui a bien vieilli, l’ayant revu il y a peu). Il est également l’auteur de deux des meilleurs clips de Michael Jackson Thriller ainsi que Black or White. En 1998, il signait Susan’s Plan qui fut un échec flagrant avant s’éclipser du devant de la scène de nombreuses années. Les Français purent le rencontrer il y a deux ans à la Cinémathèque Française dans le cadre d’une rétrospective qui lui fut consacrée.

Alors, succès ou pas ? Et bien pas vraiment même si Cadavres à la Pelle n’a rien de fondamentalement honteux à se reprocher. Nouvelle adaptation de l’histoire vraie de deux malfrats émigrés Irlandais qui se mettent à tuer leur sconcitoyen pour les revendre à l’institut médico-légal de la ville, cette version « Landis » a pour elle de conserver le style du réalisateur qu’on lui connaissait à ses plus grandes heures. De son humour délicieusement noir à sa mise en scène qui conserve à plusieurs instants une pate vintage intéressante, John Landis livre ici une réalisation sympathique bien que totalement anecdotique dans le reste de sa filmographie.

Car si le style irrévérencieux des premières minutes et ce refus de faire du politiquement correct ne peut qu’être salué, Cadavres à la Pelle tourne assez vite en rond, malgré plusieurs revirement de situation maintenant le spectateur dans un état d’intérêt certains. A la fois légère et fondamentalement cruelle, l’histoire ne trouve vraiment son intérêt que par le duo qui la mène, à savoir les excellents Simon Pegg et Andy Serkis (pour une fois en chair et en os). Leur opposition de style nourrie la plupart des gags et l’on ne pourra s’empêcher de penser à Hot Fuzz ou Shaun of The Dead tant la complicité du duo fonctionne, même en l’absence de Nick Frost.

Isla Ficher et son personnage d’actrice un brin foireuse apporte la touche de fraicheur et le brin de folie nécessaire à un ensemble fondamentalement immoral et qui, en son absence, aurait pu rapidement devenir obsolète. Car en dépit du moment sympathique que l’on passe en compagnie de Burke et de Hare, le film fait davantage penser à un téléfilm de qualité plutôt qu’un à vrai long-métrage de cinéma. L’économie de moyen se fait régulièrement sentir, provoquant parfois un sentiment old school pas forcément volontaire. Le film sort en 2011 mais s’il était sorti 15 ans plus tôt, on n’aurait pas nécessairement vu de différence.

Malgré des défauts de rythme importants, ce nouveau John Landis reste un divertissement honnête mené par un duo des plus appréciables. C’est surtout l’occasion de retrouver un de ces noms cultes des années 80 que l’on pensait avoir perdu, le plaisir est donc bien là. Les quelques caméos (Christopher Lee, Ray Harryhausen ou encore Costa-Gavras) seront autant de bonus contribuant à apprécier ce Cadavres à la Pelle estival.

Après cette petite remise en jambes, on espère sincèrement revoir John Landis au meilleur de sa forme dans les prochaines années.

[nggallery id=156]

Tags: , , , , , , , , |

Cadavres à la Pelle
Avis rédigé par Mathieu Crucq le .
Note : 3 Pauvres et vivant d’arnaques, deux compères William Burke et William Hare découvrent par hasard qu’un cadavre frais peut leur rapporter beaucoup d’argent. A cette époque, Édimbourg est un haut lieu de la médecine en Europe et les chirurgiens cherchent désespérément des cadavres humains pour pratiquer leurs dissections et faire ainsi avancer leur science. La demande en produits frais ne manque pas ! Elle augmente. Appâtés par l’argent et désireux avant tout d’assouvir les envies matérielles de leur bien aimées, Burke et Hare ne vont pas tarder à orchestrer des "accidents" pour obtenir toujours plus de cadavres frais pour la Science.
Pauvres et vivant d’arnaques, deux compères William Burke et William Hare découvrent par hasard qu’un cadavre frais peut leur rapporter beaucoup d’argent. A cette époque, Édimbourg est un haut lieu de la médecine en Europe et les chirurgiens cherchent désespérément des cadavres humains pour pratiquer leurs dissections et faire ainsi avancer leur science. La demande en produits frais ne manque pas ! Elle augmente. Appâtés par l’argent et désireux avant tout d’assouvir les envies matérielles de leur bien aimées, Burke et Hare ne vont pas tarder à orchestrer des "accidents" pour obtenir toujours plus de cadavres frais pour la Science.
Il a écrit cette critique...

Mathieu Crucq

photo de Mathieu Crucq

Co-créateur et rédacteur en chef de Cineshow.fr depuis 2006. Le blog est une manière de faire "autre chose" puisque c'est au sein de Brainsonic que je passe le plus clair de mon temps. Consomme des films en quantité semi-industrielle, a un penchant très fort pour Star Wars (on ne se refait pas)...