Affiche critique Buried

Buried

SYNOPSIS

Ouvrez les yeux. Vous êtes dans un espace clos, sous 1 tonne de terre irakienne avec 90 minutes d’oxygène et pour seule connexion vers l’extérieur un téléphone portable à moitié rechargé. Tel est le destin de Paul, entrepreneur Américain pris en otage et enfermé dans une boîte. Le temps file et chaque seconde qui passe le rapproche d’une morte certaine…

CRITIQUE

De mes deux week-end sur les planches Normandes de Deauville, si je ne devais retenir qu’un film, ce serait certainement celui-ci. Buried (le concours pour gagner 2 places pour l’avant-première est encore disponible !), le film de l’espagnol Rodrigo Cortez nous prend ici par les tripes dès les premières 10 minutes pour une expérience sensorielle aussi bluffante qu’éprouvante. Et l’on peut dire que c’est un véritable exploit que réussi ici le réalisateur car le pitch du film tient dans un mouchoir de poche : 1 homme, 1 cercueil en bois et 90 minutes pour s’en sortir.

Forcément, on se dit qu’il n’est scénaristiquement pas possible de faire passer 90 minutes en temps réel aux spectateurs, sans jamais sortir du cercueil. Et bien si ! Et si l’expérience est souvent difficile en raison des sensations claustrophobiques récurrentes et intenses procurées, elle restent bien mineures en comparaison du cauchemar que le personnage principal, Paul Conroy, subit.

Ryan Reynolds qui offre ici un véritable rôle de composition (et prouve une nouvelle fois qu’il est un acteur sous estimé) reste donc le seul personnage de l’histoire avec pour unique moyen de communiquer avec l’extérieur un smartphone (merci Blackberry). Des accessoires limités,un temps qui s’écoule et quelques mouvements à l’extérieur, autant d’éléments propices à faire travailler notre imagination qui cherche en parallèle tous les moyens pour sortir de cette foutue boîte. Sans en dévoiler de trop (c’est un film de surprises et de retournement de situations), Buried reste nerveux car se renouvelle très régulièrement. Actions entreprises diverses, péripéties, appels téléphoniques, interlocuteurs changeants, autant de mini-événements qui prennent une importance capitale dans un contexte pareil et qui, de fait, nous captivent de plus belle.

Tout en maîtrisant intégralement son sujet sur les aspects artistiques (photo, montage, direction de Reynolds), Rodriguo Cortez se paye même le luxe de dresser une analyse très dramatique de la condition des « contractuels » américains sur le sol étranger en période de guerre. Un constat d’un pessimisme rare qui ne fera que renforcer l’asphyxie ambiante lorsqu’une certaine réponse téléphonique se fera entendre.

Voilà donc un film viscéral comme nous n’en n’avions pas vu depuis longtemps au cinéma. Cortez balade ses spectateurs avec une aisance impressionnante sans jamais céder aux concessions de la morale que l’on nous sert bien trop régulièrement : Buried est direct, réaliste, horrible, passionnant mais surtout sincère. Nul doute qu’il divisera autant qu’il rassemblera mais une chose est certaine, il s’agit d’une expérience incroyable méritant amplement les récompenses acquises et le buzz ultra positif qui précède sa sortie.

A découvrir également, une superbe bande-annonce interactive où Paul Conroy peut vous appeler directement sur votre mobile (de sorte à l’aider dans ses choix d’action). Le principe avait déjà été utilisé sur d’autres « buzz » mais cela n’enlève au caractère empathique de la chose

[nggallery id=68]

Buried
Avis rédigé par Mathieu Crucq le .
Note : 4 Ouvrez les yeux. Vous êtes dans un espace clos, sous 1 tonne de terre irakienne avec 90 minutes d’oxygène et pour seule connexion vers l’extérieur un téléphone portable à moitié rechargé. Tel est le destin de Paul, entrepreneur Américain pris en otage et enfermé dans une boîte. Le temps file et chaque seconde qui passe le rapproche d’une morte certaine…
Ouvrez les yeux. Vous êtes dans un espace clos, sous 1 tonne de terre irakienne avec 90 minutes d’oxygène et pour seule connexion vers l’extérieur un téléphone portable à moitié rechargé. Tel est le destin de Paul, entrepreneur Américain pris en otage et enfermé dans une boîte. Le temps file et chaque seconde qui passe le rapproche d’une morte certaine…
Il a écrit cette critique...

Mathieu Crucq

photo de Mathieu Crucq

Co-créateur et rédacteur en chef de Cineshow.fr depuis 2006. Le blog est une manière de faire "autre chose" puisque c'est au sein de Brainsonic que je passe le plus clair de mon temps. Consomme des films en quantité semi-industrielle, a un penchant très fort pour Star Wars (on ne se refait pas)...