Affiche critique 2012

2012

SYNOPSIS

Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.
La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...
Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...

CRITIQUE

Non pas que j’attendais particulièrement 2012, mais il faut reconnaitre que la sortie d’un nouveau Roland Emmerich reste un événement en soit tant la blockbusterisation semble poussée à son paroxysme. Ceci étant, quelques projets apparaissent comme des tâches dans sa filmographie et notamment son précédent, 10 000, qui s’est avéré être une vraie purge.

Mais puisque c’est dans l’échec que l’on apprend le plus, Emmerich est enfin revenu dans le droit chemin et à ses amours premiers : la destruction du monde sous toutes ses formes.

Et bien mesdames et messieurs, en matière d’anéantissement, 2012 est à ce jour probablement ce qu’il s’est fait de mieux. La synthèse parfaite de tous les films catastrophes sublimée par des effets spéciaux réellement bluffant.

Avant toute chose, il faut savoir que le film dure 2h40 et qu’à mon humble avis, on aurait pu largement s’affranchir des 45 dernières minutes. Ceci étant, les deux premiers tiers du film demeurent absolument dantesques.

Sans perdre 10 minutes en bavardages ou en scènes culcul inutiles, Emmerich entre directement dans le vif du sujet avec la découverte du changement de comportement du noyau de la terre, suite à l’alignement des planètes (prophétie Maya). La tension est donc palpable dès le premier instant et se voit renforcée par quelques catastrophes modérées servant à teaser le spectateur au sein même du film.

Mais comme dans tout bon repas, après l’apéro vient le plat principal et là…attention…2012 envoie du très très très lourd avec probablement la scène apocalyptique la plus impressionnante de l’année. La Californie n’y échappera pas. Immeubles, routes, crevasses géantes, tsunamis, affolement, engloutissement…pendant 15 minutes tout y passe et l’on se retrouve littéralement dans une Montagne Russe visuelle à couper le souffle (les bouches ouvertes dans la salle ne trompaient personne) faisant remonter immédiatement notre âme juvénile masculine.

Ceci étant le film n’oublie pas les « codes » du genre où l’essentiel est d’avoir un héros, une famille, bref, un repère que nécessairement il faudra sauver à la fin pour ne pas laisser les spectateurs sur une mauvaise impression. Ce personnage, c’est Jackson Curtis (John Cusack) et sa petite famille qui, avec beaucoup de chance, de débrouillardise et de rencontres improbables, vont réussir à tenir tête à Dame nature et à survivre tout au long de l’histoire.

En hésitant jamais à jouer la carte de l’humour (sauvetage du chiwawa, humour Russe, sosie de Schwarzenegger etc…), et les pics politiques (amenés aussi finement qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine), Emmerich livre un film totalement assumé, fun et distrayant quoi qu’un poil trop long et trop facile sur la fin de l’histoire. La référence biblique y est ici plus qu’évidente (sans être insupportable comme dans Evan tout puissant) mais demeure assez logique au regard du déroulé de l’histoire et des actions entreprises par les différents personnages.

Avec ses séquences catastrophes révolutionnaires, son casting bien dirigé et sa tension dramatique progressive puis maintenue, 2012 est sans conteste l’une des réalisations les plus réussies d’Emmerich depuis longtemps. Parfait mix de ce qu’il s’est fait de mieux dans le genre de ces dernières années, il fait parti des films à découvrir absolument au cinéma, qui plus est dans une salle moderne au sein de laquelle vos yeux et vos oreilles vont pouvoir être mis à contribution comme il se doit.

Même si force est de reconnaitre que le final trop long vient diminuer la satisfaction générale, il convient de dire 2012 est monstrueusement plaisant à regarder !

Tags: , , , , |

2012
Avis rédigé par Mathieu Crucq le .
Note : 2.5 Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.
La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...
Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...

Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.
La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...
Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...
Il a écrit cette critique...

Mathieu Crucq

photo de Mathieu Crucq

Co-créateur et rédacteur en chef de Cineshow.fr depuis 2006. Le blog est une manière de faire "autre chose" puisque c'est au sein de Brainsonic que je passe le plus clair de mon temps. Consomme des films en quantité semi-industrielle, a un penchant très fort pour Star Wars (on ne se refait pas)...